Les nouveaux maîtres du monde (mais attention, arrivent les NATU !)

Pour faire moins grandiloquent, on désigne parfois les « Géants du Web » (voir la page Wikipédia consacrée) sous l’acronyme GAFA, pour Google, Apple, Facebook, Amazon. Ces entreprises ont d’abord révolutionné le web : utilisation du web partout, réseaux sociaux, consommation en ligne, etc. 55 % des usages (e-mail, e-commerce, musique, vidéo, réseau social…) d’un utilisateur moyen passerait par ces quatre plates-formes. Elles révolutionnent plus globalement nos vies numériques. Google est dans votre ordinateur, dans votre téléphone, dans votre maison (via les thermostats intelligents Nest désormais propriété de la marque, ou encore les lentilles connectées pour diabétiques – Voir ♦„objets connectés) et, demain, dans votre cerveau ? L’entreprise a créé Calico, start-up de biotechnologies spécialisée dans les maladies liées à l’âge et la neurodégénérescence. Son mystérieux Google X Lab travaillerait sur un programme de diagnostic des cancers et, demain, dit-on, sur la possibilité de télécharger notre conscience sur un ordinateur. Google est-il en train de créer la vie éternelle et le surhomme ? Auparavant, il aura peut-être même concurrencé votre entreprise a priori protégée, comme par exemple… le rail. En 2013, « devant des cadres médusés », racontent les auteurs de Bienvenue dans le Capitalisme 3.0, le patron de la SNCF présentait Google comme la prochaine menace ! « Bientôt, les deux tiers des patrons du Cac 40 viendront à se demander si leur premier concurrent demain ne sera pas Google », dit le président de la Fondation internet nouvelle génération (cité dans le même ouvrage). Les quatre GAFA pèsent aujourd’hui plus lourd que l’ensemble des entreprises cotées au Cac 40 français ! Avec un comportement de passager clandestin. Le patron de vente-privee.com, un des fleurons de notre économie numérique bleu-blanc-rouge, paye plus d’impôts en France que Google, Apple, Facebook, eBay et Amazon réunis. « C’est un gag ! », relevait-il dans un entretien. Les GAFAM (GAFA + Microsoft) utilisent en effet des stratégies d’ « optimisation fiscale » les conduisant à payer 22 fois moins d’impôt à l’Etat français que ce qu’ils doivent. En recourant notamment au fameux « double Irish », une pratique de contournement du fisc européen en rapatriant l’ensemble des bénéfices en Irlande, Facebook n’a versé que 191 000 euros d’impôts en France en 2012 !

Derrière les GAFA, se profile désormais une nouvelle ère : celle des NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, et Uber), les quatre grandes entreprises emblématiques de la « disruption » numérique ! Bien que pesant moins lourd en termes financiers (quoique Uber vaudrait plus de 50 milliards de dollars, quand Renault en pèserait 26…), ces entreprises sont en croissance ultra-rapide. Comme les GAFA, les NATU modifient vos vies, cette fois jusque dans le travail. Google et Amazon, c’est (c’était) encore le salariat ; Airbnb et Uber, demain : quel modèle d’„emploi ? ˜

GAFA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *