Mais comment un pèse-personne peut-il être intelligent ?

Le terme d’ « objets connectés » renvoie à ce qu’on appelle parfois la troisième révolution du Web (ou Web 3.0). L’internet ne se contente plus d’être dans le monde électronique (dans mon ordinateur ou ma tablette) : il s’étend désormais dans le monde des objets, le monde de tous les jours ! Brosse à dent, cafetière, pèse-personne, compteur électrique : désormais tous ces objets du quotidien peuvent être connectés au web. A travers ce qu’on appelle aussi l’ « Internet des objets », des objets communiquent directement entre eux. Ma cafetière expresso peut me prévenir si j’arrive à court de dosettes. Aux Etats-Unis, Amazon avait lancé en 2014 une télécommande numérique (appelée Dash) permettant aux consommateurs de scanner les codes-barres de leurs produits préférés et d’une simple pression, passer commande. Amazon va aujourd’hui plus loin : avec les appareils Dash Replenishment Service (« réapprovisionnement »), il n’y a même plus besoin de cliquer sur un bouton : c’est la machine qui passe commande elle-même quand elle est à court de fournitures. Le stock de lessive diminue ? La machine à laver envoie directement la commande ! Cela fonctionne aussi avec les distributeurs automatiques de nourriture pour animaux ou encore pour les bandelettes utilisées pour contrôler son diabète. Etes-vous sûr de vouloir laisser votre numéro de carte bleue à votre réfrigérateur ?

Les objets connectés se développent actuellement dans différents domaines, comme la e-santé ou le « quantified self » (la mesure de soi) – cette tendance à mesurer ses propres performances (ou contre-performances…), en matière de nombre de pas réalisés dans une journée, de qualité du sommeil, etc. Vous pouvez envoyer vos résultats de course à pied à vos amis sur les réseaux sociaux, comme faire surveiller vos indicateurs de santé par votre médecin à distance. Les assureurs se régalent déjà : ils pourront mieux calculer votre profil de risque. En attendant que ce soit votre propre voiture qui leur envoie directement les informations… Car le véhicule connecté, c’est déjà une réalité. Dans le domaine des « villes intelligentes » (smart cities), l’usage des objets connectés est prometteur : meilleur usage des infrastructures, meilleur éclairage urbain, meilleure gestion du tri des déchets, économies d’énergie, etc.

L’internet des objets révolutionne aussi le domaine de la domotique. En 2014, Google a racheté une petite entreprise de thermostats intelligents, Nest, pour plus de 2 milliards d’euros. Mais que vient faire le géant de la recherche en ligne dans le marché du chauffage ? Nest produit notamment des thermostats connectés au Web permettant de surveiller à distance la température de sa maison via un smartphone. Cela illustre les stratégies de développement et de ♦„convergence des entreprises à l’ère numérique : après avoir développé des programmes (Google Maps, par exemple) puis avoir conçu ses propres tablettes, Google élargit sa conquête du monde en investissant les terminaux numériques. Thermostats donc, mais aussi montres connectées ou lunettes électroniques, les fameuses Google Glass dont la commercialisation a cependant été stoppée (Toshiba vient lui aussi d’arrêter la production de ses lunettes connectées). Le produit est au point techniquement, mais n’est pas acceptable socialement. Les porteurs de ces lunettes ont été vite appelés les « glassholes », que l’on pourrait traduire par les trous du c.. à lunettes…

Mais qu’est-ce qui intéresse vraiment Google et consorts dans les objets connectés ? Que vous perdiez bien vos deux kilos avant l’été et que votre foyer soit à une température de 19°C quand vous rentrez du travail ? Avec les objets connectés, c’est toute une masse de données qui circulent (à votre insu ? „voir : Big Data) et sont captées par ces géants. Cela pose d’innombrables risques de détournement, de manipulation, d’usages illégaux de ces informations. Pendant que vous surveillez votre poids avec votre pèse-personne intelligent, qui contrôle les données que vous laissez sur le web ? ˜

 

 

Objets connectés

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *